L’épilation rend symboliquement le femme mineure

Source : http://www.ecologielibidinale.org

  • L’épilation rend symboliquement le femme mineure et la désexualise car le poil, apparaissant à la puberté, est un signe de maturité sexuelle ;
  • L’épilation (d’autant plus si elle est intégrale) banalise l’image d’un corps désirable de petite fille : ne banalise-t-elle pas la pédophilie ?
  • Symboliquement la touffe de poil des aisselles renvoie aux poils pubiens (on peut le lire sous la plume d’écrivains ou commentateurs notamment du XIXème siècle) donc l’enlever est une dé-érotisation. Il en va de même pour les poils qui dépassent du maillot. De plus l’épilation et la désodorisation suppriment les phéromones (dimension olfactive de l’érotisme).
  • S’épiler (ou se maquiller…) c’est “se FAIRE belle”. Autrement dit cela signifie que la femme naturelle est laide (c’est une des idées les plus misogyne qui soit !).
  • Cette norme est sexiste puisqu’elle demande aux femmes de faire des efforts qui ne sont pas demandés aux hommes. Mais cela change…
  • Depuis des siècles prédomine dans les représentations médicales et psychologiques l’idée que la femme est incontrôlable, hystérique et plus proche de la nature que l’homme. Ces idées perdurent dans “l’inconscient collectif”. Les hommes ont toujours cherché a contrôler les femmes. Contraindre leur corps en est un des moyens, il est d’autant plus efficace que la femme s’autodiscipline.

C’est logique… Personnellement je n’aime pas trop filmer des femmes épilée. Les fanatiques de cette nouvelle vague pensent peut être que je suis démodée et ils se moquent de moi. Mais je m’en fou. Car moi, j’aime les femmes et non les fillettes… Pis les poils pubiens donnent un vagin sa propre individualité. Chacun est unique comme une empreinte digitale et je sais qui est l’actrice seulement en regardant son minou… Et j’adore vraiment ça !!

Category: Uncategorized
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.